La bio-indication (analyse des lichens)

Type de contrôle :
- Deux types de contrôle sur les lichens dans un rayon de 10 kms autour de l’UVE
- Mesure de la teneur en dioxines et métaux lourds
- Cartographie de la qualité de l’air (IGQA)
- Contrôles annuels

visuel-lichenSymbiose entre une algue et un champignon, le lichen n’a pas de racine et se montre très sensible à l’air qui l’entoure. Il a la particularité de capter très facilement les sels minéraux et polluants atmosphériques dans son appareil digestif, sans limitation dans le temps. Il constitue ainsi un excellent bio-indicateur pour mesurer la teneur en dioxines et en métaux lourds dans l’air.

Mesure de la teneur en dioxines et métaux lourds

Des échantillons sont prélevés régulièrement sur neuf points différents autour du site, définis en fonction de la rose des vents. Ils sont ensuite expédiés en laboratoire accrédité afin de mesurer leur concentration en dioxines et métaux lourds.

Conclusion :

  • Dioxines : « Aucune mesure n’est significative par rapport au bruit de fond ».
  • Métaux lourds : « Les retombées de métaux sont banales car indissociables des teneurs de fond ».

Source Aair lichens

 

Télécharger les derniers résultats de l’année :

 

Nos archives

Consultez ici l'ensemble des archives des analyses de lichens :

Rapport complet 2016Voir l'archive
Rapport complet 2015Voir l'archive
Rapport complet 2014Voir l'archive
Rapport complet 2013Voir l'archive
Rapport complet 2012Voir l'archive
Rapport complet 2011Voir l'archive
Rapport complet 2010Voir l'archive
Rapport complet 2009Voir l'archive
Rapport complet 2008Voir l'archive
Rapport complet 2007Voir l'archive
Rapport complet 2006Voir l'archive
Rapport complet 2005Voir l'archive

IGQA : la cartographie de la qualité de l’air

Une deuxième analyse des lichens est basée sur l’observation. La présence de telle ou telle espèce de lichen dans l’environnement traduit une plus ou moins bonne qualité atmosphérique. Chaque lichen possède une valeur écologique qui lui est propre. Le calcul de l’IGQA, Indice Global de la Qualité de l’Air, repose sur l’observation de 40 espèces. A partir de cette étude, le laboratoire détermine un Indice Global de la Qualité de l’Air selon 5 classes allant de « notablement modifié » à « excellent ».

En 2003, avant la mise en service de l’Unité de Valorisation Energétique de Lasse, le calcul de l’IGQA a été réalisé à partir des relevés de lichens, sur 90 points dans un rayon de 10 kms autour de l’UVE. Ces relevés ont donné lieu à l’élaboration d’une cartographie de la qualité de l’air. Ce diagnostic, qui révélait une bonne qualité environnementale, constitue un point zéro, permettant de comparer les résultats obtenus depuis le démarrage de l’UVE.

Tous les ans, le calcul de l’IGQA est établi à partir de 10 points autour de l’UVE. La carte complète de l’IGQA (90 points d’observation) a été refaite en 2011. Selon Aair Lichens, « la présence de l’usine Salamandre n’a pas entraîné de modification de la qualité de l’air sur un périmètre restreint. Elle n’a pas été un obstacle à une dynamique positive d’évolution liée à la faible présence de sources de modifications de la qualité de l’air, à une forte présence forestière et à une optimisation constante des pratiques agricoles. »

Carte de 2003 / Etat des lieux IGQA

Carte de 2003 / Etat des lieux IGQA

 

Carte de 2001 / IGQA

Carte de 2001 / IGQA