L’excellence environnementale

Email to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterPrint this page

Le contrôle de l’impact environnemental de l’activité de l’Unité de Valorisation Energétique Salamandre s’articule autour de deux démarches complémentaires :

  • L’autocontrôle
  • Le plan de suivi de l’environnement

Les résultats de ce bilan environnemental sont présentés chaque année lors de la CSS, Commission de Suivi de Site, présidée par le Sous-préfet de Saumur. Voir les rapports de la CSS

L’autocontrôle de l’exploitant

A la demande du SIVERT, Veolia Propreté a proposé un projet au respect environnemental. L’Unité de Valorisation Energétique Salamandre bénéficie des meilleures techniques disponibles, ce qui permet de la caractériser comme une unité dite de « troisième génération ».

sdme-001

(© JP HOUDRY / ADEME)

Pour répondre à cette ambition d’excellence environnementale, le SIVERT s’est par ailleurs imposé des valeurs d’émissions plus exigeantes que ce que préconise la réglementation européenne et française. L’arrêté préfectoral d’exploitation de l’UVE fixe ainsi des valeurs à ne pas dépasser de 10 à 60 % inférieures aux normes.

Dans les faits, les équipements de traitement des fumées (voir vidéo) permettent de garantir des performances qui vont au-delà des valeurs retenues par le SIVERT dans l’arrêté d’exploitation : le contrôle révèle des valeurs de 20 à 85 % inférieures à celles autorisées par l’arrêté préfectoral.

Consulter l’indicateur d’émission journalier

Les contrôles complémentaires : le plan de suivi de l’environnement

Au delà des procédures de contrôles réglementaires permanentes au sein de l’Unité de Valorisation Energétique, le SIVERT a mis en place un plan de suivi exceptionnel afin d’analyser et quantifier les rejets du site dans l’atmosphère.

Le plan de suivi mis en place par le SIVERT s’articule autour de quatre rayons d’action :

  • Un contrôle in situ avec le système de prélèvements des dioxines AMESA.
  • Dans un rayon de 3km – « l’analyse des retombées atmosphériques » : les jauges Owen récupèrent les retombées atmosphériques.
  • Dans un rayon de 10km – « la bio-indication » : Sur les arbres, le lichen, révélateur infalsifiable, piège les particules.
  • Dans les exploitations agricoles voisines de l’UVE, le lait.

En savoir plus : Plan de suivi de l’environnement : une exemplarité reconnue

(© JP HOUDRY / ADEME)